En privé, il existe une allusion négative à ce décret dans les notes de Robespierre contre les Dantonistes : il y reproche à Danton et Delacroix d'avoir « fait passer un décret dont le résultat le plus vraisemblable sera la perte des colonies »[234]. Ayant obtenu un délai de huit jours, Robespierre répliqua, le 5 novembre, par un discours qui réduisit au silence ses adversaires en démontrant l'inconsistance des accusations de Louvet et en justifiant les mesures du conseil général de la Commune à partir du 10 août[135],[136]. Partisan d'un changement constitutionnel, il fut également, dès son discours du 29 juillet, selon lui, un partisan déclaré de l'insurrection puisque, dans son souci de sauver l'État coûte que coûte, il affirmait : « Il n'y a d'inconstitutionnel que ce qui tend à sa ruine[109] ». Cet apport documentaire favorisa un renouvellement historiographique, avec l’Histoire des Girondins (1847) d'Alphonse de Lamartine[302], l’Histoire de la Révolution française (1847-1853) de Jules Michelet et celle de Louis Blanc (1847-1855), qui firent toutes de Robespierre « le centre de leurs investigations », même si seul Louis Blanc lui était plus nettement d'emblée favorable[303]. Il fut élu troisième secrétaire suppléant de l'Assemblée, par 111 voix, le 4 mars 1790, puis l'un des secrétaires, lors de la présidence de Louis-Michel Lepeletier de Saint-Fargeau, du 21 juin au 4 juillet[42],[43]. ». Inscrit au Conseil provincial d'Artois le 8 novembre 1781, il commence à plaider à partir du 16 janvier 1782, et est nommé juge au tribunal épiscopal le 9 mars de la même année. Le Tribunal révolutionnaire le condamne le 28 juillet et le fait guillotiner l’après-midi même. Le culte de la Raison, qui l'accompagnait, n'était rien moins que le culte de l'Être suprême[251]. Après les avoir exclus de tous les honneurs, même des droits à l’estime publique, nous ne leur avons laissé que les objets de spéculation lucrative. Robespierre est né en 1758 à Arras. À cette période, la question des émigrés incitait les dirigeants révolutionnaires à prôner la guerre aux princes allemands qui les accueillaient ; le plus ardent partisan de la guerre était Jacques Pierre Brissot, l'un des nouveaux députés de Paris. Le lendemain 23 germinal- 12 avril le décret d'abolition lui-même à mettre à exécution à Saint-Domingue par le même capitaine Chambon, est signé par Barère, Collot d'Herbois, Carnot et cette fois-ci Billaud-Varenne. Ceux qui voulurent arrêter la Terreur, jugée inutile et dangereuse, autour de Danton et de Desmoulins, reçurent le surnom d’Indulgents. Dans ce texte, explique Hervé Leuwers, Robespierre veut démontrer que « le gouvernement révolutionnaire repose à la fois sur la vertu, parce qu'il est républicain par essence, et sur la terreur, parce qu'il est despotique par nécessité. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Il est reçu bachelier en droit de la faculté de Paris le 31 juillet 1780. Il résultera pourtant un bien de tout cela ; c’est que le fanatisme est anéanti, non par les actes de violence commis, puisque nous les réparons, mais par la lâcheté de plusieurs prêtres, qui venaient d’eux-mêmes abdiquer, les uns pressés par la peur de la guillotine, les autres parce qu’ils étaient les scélérats moteurs du mouvement contre-révolutionnaire qu’on avait médité. Maximilien Robespierre was appointed to the Committee of Public Safety on July 26, 1793, thus beginning his reign of terror. Car en novembre 1793, Robespierre qui attaquait l'anti-esclavagisme des girondins, était influencé par Janvier Littée, un député de la Martinique mulâtre (donc bénéficiaire de la loi égalitaire du 4 avril 1792, que Robespierre avait louée, on s'en souvient) et esclavagiste. D'après son biographe Jean-Clément Martin, il a sous la Législative à l'instar des Girondins purement et simplement cautionné le massacre de la Glacière d'octobre 1791 et accepté l'amnistie du 19 mars 1792[56]. Ce volume 52 contient 104 discours de Robespierre, ainsi que des oeuvres diverses. Maximilien de Robespierre devient alors une grande figure démocrate, fervent révolutionnaire défendant notamment l’abolition de l’esclavage, le droit de vote pour un plus grand nombre de personnes, la fin de la monarchie et surtout l’égalité des droits. Danton et ses amis furent guillotinés le 5 avril. Robespierre est entré dans la légende noire car cette thèse a trouvé une utilité auprès de quelques grands dictateurs des temps modernes qui se sont réclamés, et de Robespierre et de la Terreur comme une nécessité (les « sévérités nécessaires » pour assurer le « salut public »)[203]. Dans un premier temps, Robespierre se prononça pour la guerre, puis, après Jacques-Nicolas Billaud-Varenne (5 décembre 1791), il dénonça le caractère belliciste de la France contre l'Autriche à la tribune des Jacobins : d'abord le 11 décembre 1791, puis le 18 décembre, le 2 janvier 1792, le 11 janvier et le 25 janvier. Ceux qui entendirent la radicaliser et l’étendre aux pays voisins, autour des dirigeants du club des Cordeliers, Hébert, rédacteur du Père Duchesne, le journal des sans-culottes, François-Nicolas Vincent, secrétaire général du ministère de la Guerre, Charles-Philippe Ronsin, chef de l’armée révolutionnaire parisienne, avec l’appui de Commune, reçurent a posteriori celui d’Hébertistes. Le Perlet évoqua de prétendues orgies dans une maison d'Issy et un projet de mariage avec Marie-Thérèse de France, destiné à le faire reconnaître comme roi. Robespierre y revient dans son journal, Le Défenseur de la Constitution en stigmatisant les longs silences, d'octobre 1791 à mars 1792, des ténors de la Gironde (Brissot, Condorcet, Vergniaud, Guadet, Gensonné) à l'assemblée législative, qui se sont toujours gardés de formuler de telles mises au point, alors même qu'ils avaient déjà dénoncé le ministre de la Justice, comme agent de la contre-révolution[58]. Jean Jaurès contribua à ramener Robespierre au devant de la scène avec son Histoire socialiste de la Révolution française (1902-1905), tout en ouvrant vers les Hébertistes et les Enragés. Biographie De Maximilien Marie Isidore De Robespierre, De Napoleon Ier Et De Georges Jacques Danton. Rendons-les au bonheur, à la patrie, à la vertu, en leur rendant la dignité d’hommes et de citoyens ; songeons qu’il ne peut jamais être politique, quoi qu’on puisse dire, de condamner à l’avilissement et à l’oppression, une multitude d’hommes qui vivent au milieu de nous ». Menacé après la fusillade du Champ-de-Mars, il accepta l'offre de Maurice Duplay, un entrepreneur de menuiserie, qui lui proposait de loger chez lui, 398 rue Saint-Honoré. En 1986, en prévision de l'aboutissement commémoratif de cette réaction antirobespierriste, dans l'historiographie progressiste non marxiste, Max Gallo fit paraître sa Lettre ouverte à Maximilien Robespierre sur les nouveaux muscadins. Philippe Le Bas manie son arme d'une main plus sûre et ne se manque pas. Des hommes, qu'on nomme les mandataires du peuple, ne sont occupés que de l'avilir et de l'égorger. Voir, Sur les conditions de la naissance de Robespierre, voir, Inscrits bourgeois, des Robespierre portaient, depuis la fin du, « il disparut définitivement en 1772 et mourut à Munich le 6 novembre 1777 ». Ensuite, deux lettres de François de Robespierre, envoyées de Mannheim, confirment qu'il vivait en Allemagne en juin 1770 et en octobre 1771. Il reste attaché à la parole de son maître Rousseau qui a défendu Le Prince de Machiavel, d'où il ressort une manière de concevoir le rapport entre morale et politique chez Robespierre qui associe l'immoralité au despotisme[287]. Robespierre participa d'abord principalement aux délibérations sur la question militaire, à une époque où les défaites se succédaient. Il est un révolutionnaire français et une grande figure de la Terreur. Il balbutia quelques excuses et rejeta les mesures prises sur la gravité des circonstances. Cette dernière affirmation fut reprise par Barras à la barre de la Convention, qui présenta la fille de Louis XVI comme la maîtresse de l'Incorruptible.